Qu’est-ce que la maturation pulmonaire fœtale ?

Les poumons du bébé commencent à se former très tôt dans la grossesse, dès le premier trimestre, mais ils ne finissent de se développer qu’à la 35-37e semaine de grossesse. C’est clair : le bébé n’en aura besoin qu’après la naissance. À l’intérieur du ventre de leur mère, les bébés ont des poumons comprimés et ils ne se dilatent pas tant que l’air n’y pénètre pas.

Quels sont les risques respiratoires des bébés prématurés ?

Un bébé né avant la date prévue, entre la 24e et la 34e semaine de grossesse, court de nombreux risques, d’autant plus grands que l’accouchement a lieu tôt. L’une des complications les plus fréquentes est le syndrome de détresse respiratoire, provoqué par le manque d’une substance connue sous le nom de surfactant dans les poumons, ce qui empêche les alvéoles pulmonaires de s’effondrer. La prévention de ce danger est un facteur clé pour augmenter les taux de survie des bébés prématurés et prévenir les maladies respiratoires  chroniques.

Comment fonctionne la maturation pulmonaire fœtale

Vous avez peut-être entendu parler d’une procédure connue sous le nom de maturation pulmonaire fœtale, qui consiste essentiellement à administrer des médicaments pour accélérer le développement des poumons du fœtus et maximiser ses chances de bien-être et de survie, même s’il est né prématurément. La femme enceinte présentant un risque avéré d’accouchement prématuré  reçoit des injections de corticoïdes (bétaméthasone ou dexaméthasone) sur une durée de 48 heures à une semaine, dans le but de stimuler la production de surfactant et ainsi de faire mûrir prématurément les petits poumons.

Cela peut vous intéresser :   Le don d'ovules, en quoi consiste-t-il ?

Cette technique présente-t-elle un risque ?

Bien utilisé, ce traitement a sauvé la vie de nombreux bébés nés prématurément. Mais bien entendu, comme tout traitement par corticoïdes, la maturation pulmonaire fœtale n’est pas exempte d’effets secondaires – comme l’augmentation de la glycémie, ou le risque d’infections – et c’est pourquoi la maturation pulmonaire fœtale n’est pas indiquée systématiquement, mais uniquement dans des cas précis les cas où une naissance prématurée semble inévitable, et donc les avantages l’emportent sur les effets secondaires potentiels. Cela se produit, par exemple, lorsque les eaux se cassent ou que des contractions très fréquentes apparaissent avant la 34e semaine.

Enfin, sachez que la maturation pulmonaire fœtale mettant environ 48 heures à faire effet, elle ne s’applique pas dans les cas où l’accouchement prématuré est imminent et inéluctable, ou lorsque le bébé est déjà né prématurément sans avoir pu le prévoir.

Metaverse
Metaversehttps://www.carrement-belle.fr
Écolo-engagée amoureuse de la communication 2.0. Je suis chargée de marketing digital.

Related Posts

Comments

Pour nous les filles

Articles Récents